Avez-vous la piqûre de la randonnée et de la découverte de nouveaux sommets ? Pour ma part, c’est un gros OUI ! L’idée d’aller explorer de nouveaux sommets lointains en Gaspésie nous tracassait mon ami Jonathan et moi depuis quelques mois déjà. Nous avons attendu d’avoir un « long congé » de 3 jours afin d’en tirer le maximum.

Après avoir pris la direction de Sainte-Anne-des-Monts directement après le boulot en fin d’après-midi, nous avons installé notre campement sur le bord du fleuve. Pour ceux qui me connaissent, par campement, j’insinue l’intérieur de mon VUS, stationné dans le sable, à quelques mètres à peine des vagues sous un décor plus qu’enchanteur. Nous avions comme plan d’entreprendre une section du sentier international des Appalaches (SIA) pour une durée d’environ 2 jours et demie, une randonnée en autonomie d’un peu plus d’une quarantaine de kilomètres. Je n’ai jamais fait de séjour plus long que cela en autonomie. Par chance que je possède de l’équipement de qualité, que je me suis spécialement procuré pour ma dernière expédition en Équateur.

 

Après un beau réveil sur la rive du fleuve, nous avons fait un arrêt au Tim Hortons (un classique). On s’est ensuite rendu au stationnement du refuge le Huard dans le parc National de la Gaspésie où nous attendait la navette pour notre transport vers le secteur complètement à l’ouest du parc. En raison du niveau d’achalandage en haute saison, il est fortement recommandé de réserver d’avance le transport par navette au coût d’environ 70$ par personne. Après un peu plus d’une heure de route, nous sommes arrivés au refuge la Nyctale. Après avoir mangé notre sandwich, c’était l’heure de notre départ en randonnée à 12h30.

Nous avons débuté notre randonnée en direction ouest en passant par le mont Dodge, le mont Logan, ensuite dans la Réserve Faunique de Matane sur le mont Fortin, Matawees et puis sur le mont Collins. Nous avons fait l’aller-retour jusqu’au refuge la Nyctale le jour même pour une randonnée totalisant 21,2 kilomètres. Les paysages que nous avons vus ce jour-là étaient à couper le souffle. Attention, avec de gros sacs à dos; il s’agit d’une randonnée très exigeante… Nous avons tout de même pris le temps de regarder le coucher de soleil sur le mont Logan pour ensuite revenir à notre refuge vers 20h30 le soir avec nos lampes frontales. Après un léger repas et un petit feu (seulement 3 bûches), nous sommes allés dormir. Les montagnes nous appelaient, mais à ce moment, le sommeil se faisait plus convaincant!

 

Le cadran a sonné à 5h00 le lendemain matin. De mon côté, ce ne fut pas une belle nuit, car j’ai eu extrêmement chaud. Je suis une vraie fournaise, mais que voulez-vous on s’y fait… Après avoir ingurgité nos rations déjeuner, il était temps de repartir marcher sur le sentier. Après seulement 10 minutes de marche, nous sommes rendus sur le sommet du mont Louis-Marie-Lalonde, nous avons fait la rencontre d’une belle femelle orignal. La Gaspésie est l’un des endroits où la densité de la population est la plus nombreuse par Km2. À chaque fois où nous y sommes allés, nous en rencontrions sur la route ou sur les sentiers. C’est pourquoi il faut toujours être alerte. Nous avons profité de ce moment en prenant plusieurs clichés avant de reprendre le sentier. Nous avons continué notre chemin vers le Mont des Loupes où les sommets dégarnis et couverts de toundra alpine se transforment en forêt dense et luxuriante. Nous avons rencontré deux autres orignaux à cet endroit, ceux-ci ont immédiatement pris la fuite. Qui aurait cru que nous étions si épeurants? Le sentier passe près de quelques refuges, lacs et plateformes de camping. Le décor y est enchanteur et donne envie d’y rester plus longtemps. Notre progression se passait à merveille et nous avons pris la décision de terminer notre parcours le jour même au lieu du lendemain. Nous avons poursuivi notre aventure en passant par le mont Jacques Ferron. Ensuite, le sentier longe une jolie rivière avec quelques passages à gué. Ce fut une autre journée totalisant 21,2 kilomètres. Nous sommes arrivés à la voiture au stationnement près du refuge le Huard vers 14h30 en après-midi.

 

Cette section de randonnée sur le SIA a été complétée en 26 heures pour 42,4 kilomètres et 2085 mètres de dénivelé positif. Nous avons marché environ 8 heures par jour avec nos gros sacs à dos. Nous avons pris un nombre fou de photos, de rares rencontres avec des randonneurs (seulement 3), mais plusieurs belles rencontres avec la faune. Du bon temps et d’innombrables fous rires avec un ami en or.

Je vous conseille fortement d’aller goûter à la randonnée en Gaspésie et je vous certifie que vous aurez le goût d’aller gravir tous ces magnifiques sommets.

Voici la carte des sentiers de longue randonnée du parc National de la Gaspésie tirée du site internet de la SEPAQ : https://www.sepaq.com/dotAsset/8825.pdf

Bonne randonnée !

Alain Côté
Les Montagnards

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s