Texte de notre collaboratrice Justine Méthot

Être un adepte du plein-air, c’est aimer respirer le grand air tout en pratiquant du camping, de la randonnée pédestre et toute autre activité nous rapprochant de la nature. Y a-t-il une limite à être un amateur de plein-air?

Mon copain Félix et moi partirons sous peu à la découverte d’un mode de vie que peu de gens osent vivre. Une vie où la forêt sera notre maison, où la température pourra être notre meilleur ami comme le pire et où notre seul moyen de transport sera le plus primitif de tous : nos jambes. Chaque jour nous découvrirons un nouvel environnement et ferons de nouvelles rencontres, où, constamment, la nature primera sur nous. Je parle ici de vivre le défi de traverser le sentier des Appalaches d’un bout à l’autre.

 

 

 

 

AT - TRAJETPour se lancer dans une telle aventure, ça prend de la préparation, beaucoup de préparation. Nous avons commencé nos démarches plusieurs mois avant la date de départ et aujourd’hui encore, à une semaine de partir, nous sommes toujours dans les préparatifs finaux. La première étape pour faire le grand pas vers la réalisation d’un tel projet c’est d’abord de s’informer sur la faisabilité de ce projet ainsi que des sacrifices qui en découleront. Nous avons entendu parler du sentier des Appalaches pour la première fois dans un film et, à ce moment-là, une petite lumière s’est allumée dans notre tête. Nous n’osions imaginer que cela deviendrait notre réalité. Nous avons commencé à nous informer sur la longueur de ce sentier et l’équipement nécessaire. Nous avons épluché des livres et des sites internet afin de nous faire une bonne idée sur les défis de ce sentier. Une fois que cette idée nous a plu à tous les deux, nous devions évaluer s’il était réaliste d’effectuer un tel voyage dans notre situation actuelle. Nous avions un bail de signé pour emménager dans un bel appartement au mois de juin. C’était notre premier et notre plus grand sacrifice. En effet, nous avons dû céder notre bail afin de pouvoir accumuler la somme nécessaire à la réalisation de ce projet. De plus, il était hors de question de partir aux États-Unis avec des paiements de loyer qui défilent au Québec. Heureusement pour nous que nous avons des familles exceptionnelles qui nous ont accueillis à bras ouverts. Notre deuxième grande décision concernait notre emploi. Notre employeur serait-il prêt à nous offrir un congé de 6 mois? Nous n’avions aucune idée du risque que nous avions de perdre notre emploi, mais nous étions prêts à le prendre. À notre heureuse surprise, la nouvelle a été bien reçue de la part de nos employeurs. Nous avons tout de même pris la décision de démissionner afin d’avoir l’esprit totalement libre pour pouvoir profiter pleinement de notre aventure.  Le dernier souci et non le moindre concernait le budget et nous devions faire des estimations avant de rêver à cette aventure. Combien d’argent pouvait coûter une randonnée de 6 mois aux États-Unis? Il fallait compter non seulement les dépenses durant le voyage, mais aussi les dépenses en équipement, en billets d’avion et en assurance-voyage. Nous avons calculé qu’en économisant au maximum durant les prochains mois que le projet serait réalisable. Une fois toutes les vérifications faites, il ne restait plus qu’à se demander, est-ce qu’on se lance ?!

Comme vous pouvez le deviner, la réponse fût, oui! Il était maintenant temps de l’annoncer. Nous avons eu des réactions de toutes les couleurs. Certains mettaient l’accent sur les embûches possibles pour nous empêcher de le faire et d’autres trouvaient le moyen de nous encourager à leur façon. Il aurait été facile de se trouver mille raisons de ne pas le faire, mais aucun sacrifice ni aucune crainte n’étaient assez grands pour nous en dissuader. Alors nous y voici, nous y voilà, à préparer notre sac à dos. Après des heures et des heures de recherches et de tests d’équipement, nous nous sommes donc équipés de ce que nous pensions être le mieux pour ce genre de périple. Il est évident qu’il restera certains ajustements à faire en cours de route, mais il est important de partir bien préparés pour éviter le plus de désagréments possibles afin de pouvoir profiter pleinement de l’aventure. Ce qui rend les voyages mémorables, ce n’est pas seulement le voyage en soi, c’est aussi toute la préparation et l’excitation engendrées par ce désir de la découverte.

Justine Méthot

Félix et Justine

Crédit Photos:

https://appalachiantrail.com/20150429/celebrate-the-appalachian-trails-flip-flop-kickoff-weekend/
http://www.xyht.com/spatial-itgis/mapping-the-appalachian-trail-part-2/
https://blog.virginia.org/2014/07/campsites-experience-primitive-tent-camping/

 

TEXTE CORRIGÉ ET RÉVISÉ PAR SAMUEL YERGEAU

 

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s