Ce texte a été écrit la journée de l’ascension, je suis très heureux de vous le partager aujourd’hui.

30 juillet 2017. Tentative Cayambe

À 23 h 47, je me réveille, je suis en pleine forme même si je dors seulement depuis 20 h 25. Le refuge était tellement rempli, qu’une bonne vingtaine de personnes ont couché dans la salle à manger comme nous. Rapidement, j’enfile mes vêtements hivernaux, attache mes bottes, je suis tout excité. Le vent souffle depuis que nous sommes arrivés.

Dès que j’arrive dehors, je suis seul avec David, notre guide. Il me dit que la température est mauvaise et que les vents sont trop forts pour aller au sommet. Je lui ai dit de nous monter le plus haut possible. J’ai caché cette information à Alain parce que je commence à le connaître et l’idée de ne pas atteindre le sommet avant même de commencer ne l’aurait pas motivé.

On commence notre ascension vers minuit trente. J’aurais aimé mieux partir entre 23 h et minuit. Très rapidement, je ressens le vent sur mon corps et les gouttelettes d’eau geler sur mes sourcils. Après nous être perdus en tentant d’aller jusqu’au glacier, nous avons descendu un bon bout avant de nous faire dire que nous devions remonter. Lors de la montée, je suis en tête et Alain est loin derrière moi se mélangeant aux autres personnes qui tentent le sommet. Lors d’un moment plat, je m’arrête, je veux être plus proche d’Alain étant donné que nous faisons cette montagne ensemble. À ce moment, il est environ 1 h 30/2 h, Alain me dit qu’il veut retourner au refuge, qu’il est fatigué. C’est à ce moment que je lui dis de se calmer, de bien respirer, de boire et de manger. Je lui dis aussi que je vais rester en arrière de lui.

À 2 h 20, nous arrivons au glacier. Nous sommes une vingtaine de personnes. Notre cordée est la dernière à partir. David est devant, Alain au centre et moi derrière. Durant notre monté, j’en profite pour regarder le ciel avec ces nombreuses étoiles, mais rapidement, les nuages se remettre de la partie. Ensuite, en regardant au loin, nous sommes en mesure de voir six petits spots blancs plus haut sur la montagne. C’est ces petits détails-là qui me font encore plus aimer la montagne.

Un peu plus tard, environ 15 personnes redescendent en raison des conditions climatiques. Peu de temps après, nous dépassons d’autres cordées. Je regarde devant et je réalise qu’il ne reste plus que nous et la cordée de deux Équatoriens derrière nous. Tranquillement pas vite, la lumière dans le ciel commence à faire sa place. Vers 5 h 45, nous arrivons à un faux sommet où nous sommes en mesure de voir les premières lueurs du jour. À cet endroit-là, il y a une petite crevasse que je dois traverser pour aller prendre des photos. C’est à cet endroit-là que David nous annonce que c’est la fin de notre ascension en raison du vent. La section qui nous attend est un champ de crevasses. Lors d’une éclaircie, je suis en mesure d’apercevoir le tout, c’est énorme et dangereux. Avec les coups de vent qui nous ont fait tomber les trois une fois de temps en temps, il est plus prudent de retourner au refuge. À ce moment, j’étais à mon altitude maximum, 5500 mètres.

La descente s’annonce difficile puisque la visibilité n’est pas très bonne et les vents sont encore violents. Encore une fois, nous nous sommes perdus lors de la descente. À deux reprises, j’ai chuté à cause du vent et j’ai dû me freiner avec mon piolet. Je ne voulais pas finir comme la glace qui dévale la paroi.

Nous sommes de retour au refuge à 9 h où tout le monde range leurs matériels. Je suis tellement heureux, puisque les regards ont changé. Hier, on était les petits jeunes cons qui n’avaient pas d’affaire là, aujourd’hui on est les guerriers qui sont montés le plus haut sur la montagne. Le respect dans leur regard me donne un sentiment de fierté, celui d’avoir tout donné sur la montagne.

Mathieu Grenier

Pour lire le récit d’Alain sur le Cayambe, c’est ici –> http://bit.ly/2wgJ2Da

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s