Le mercredi d’avant, mon bon ami Jonathan et moi avons commencé à dresser le plan de cette aventure. Pour tout vous dire, celle-ci était presque improvisée. Je vous explique…

Comme on nous annonçait une fin de semaine aux allures de déluge au Québec, on s’en est tenu à la devise habituelle: « on cherche le beau temps ». C’est alors que commencèrent les recherches pour trouver le soleil. J’ai demandé à mon ami la veille de notre départ d’emporter son passeport, car nous allions choisir notre destination le vendredi midi, au travail. Après une brève discussion, la destination du samedi était maintenant fixée pour le mont Saddleback et le Mont Horn dans le Maine.

La voiture étant déjà chargée de tout l’attirail nécessaire, nous avons pris la route vers 16h15 le vendredi après-midi pour nous rendre le plus près possible des douanes. Après un souper dans la ville de Lac-Mégantic, nous avons établi notre campement dans les bois tout près de Coburn Gore. Certes, n’oubliez pas d’emporter du répulsif anti moustique et de porter des vêtements longs, et ce même par temps chaud. Lorsque vous êtes les seuls êtres humains dans les parages, ne vous inquiétez pas qu’elles seront au rendez-vous pour le festin. De plus, il est bien plus facile (et agréable) de monter une tente sans passer son temps à se flageller bien malgré-nous.

Le lendemain matin, nous avons défait notre campement. Nous nous sommes installés dans la voiture pour déjeuner à l’abri des moustiques qui n’en avaient pas fini avec nous… Il me semble qu’un moment donné il faut lâcher prise, non ? Une fois la douane traversée, nous avons continué sur la route 16 dans le Maine en direction de la ville de Rangeley et puis en direction du mont Saddleback qui se situe à seulement 15 minutes de ce petit village. Après avoir rassemblé notre matériel dans nos sacs à dos respectif, il était temps de débuter l’ascension avant que la chaleur se mette de la partie. Il était 8h10 lorsque nous avons entrepris l’ascension. À ce moment-là, un épais couvert nuageux recouvrait le ciel et la montagne. Pourtant on nous annonçait du beau temps… La montée se fait sur une piste de ski appelée la ‘’Grey Ghost Trail’’. Une fois que nous sommes rendus jusqu’au remonte-pente le plus haut de la montagne, un sentier débute pour continuer la randonnée dans la région alpine. À ce moment-là, nous n’étions plus qu’à un kilomètre du sommet de Saddleback environ. La tête au-dessus des nuages, la vue sur la cime des plus hauts sommets de la région était époustouflante. Les photos peuvent en témoigner, mais ne rendront jamais justice à ce qu’on voyait sous nos yeux.

Nous avons mangé un peu de noix au sommet avant de reprendre le sentier menant au mont Horn situé à environ 2,5 Kilomètres de là. Nous avons eu le temps de relaxer un peu plus d’une heure au sommet du mont Horn. Le temps s’est presque dégagé au complet le temps de notre pause. Le trajet étant un aller-retour, nous devions refaire l’ascension du mont Saddleback à nouveau par la crête. La descente s’est très bien effectuée. La randonnée nous a donné un total de 12,75 Kilomètres et 925 mètres de dénivelé positif pour une durée totale de 5h30.

Le fait qui m’a le plus étonné sur cette montagne est que pour un samedi, nous n’avons rencontré qu’une dizaine de personnes sur les sentiers. Ces deux montagnes qui sont parcourues au sommet par la populaire Appalachian Trail ne semblent pourtant pas courues par les randonneurs. À seulement 4h10 de route des villes de Québec et Montréal, je m’attendais à y voir une foule au sommet, mais bien au contraire. Je vous invite à aller y faire un tour et de nous faire part de votre randonnée sur les lieux. Nous avons fait un arrêt au retour pour nous rafraichir dans l’eau du superbe lac Natanis Pond, toujours sur la route 16 dans le Maine.

Peu importe l’aventure que vous faites et la raison pour laquelle vous le faites, le plus important est d’en profiter au maximum. Que ce soit pour l’exercice physique, la beauté des paysages, la photographie, l’endorphine qui vous submergera à la toute fin, ou pour tout cela réuni; ces moments nous procurent un tel sentiment de bien-être qu’il est facile de déconnecter avec le quotidien.

Cette aventure n’a duré que 24h, mais avec le bien-être qu’on a ressenti pendant celle-ci, nous avons eu l’impression d’être en vacances depuis quelques jours déjà.

Sur ce, sortez dehors et partez à l’aventure tout comme le fait au quotidien l’équipe des montagnards.

PS : Pour eux et celles qui n’ont pas encore vu l’impressionnant vidéo accéléré ‘’Time Lapse’’ filmé au sommet de la montagne ce jour-là, le voici : http://bit.ly/2tCqVpR

Alain Côté

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s